Le comité de lutte contre les infections nosocomiales (CLIN)

Sa composition

Il est composé de personnel médical, pharmaceutique et de personnel infirmier.

Ses attributions

Le CLIN a pour mission :

- D’organiser et de coordonner la surveillance, la prévention et la formation continue en matière de lutte contre les infections nosocomiales ;
- De définir des actions de formation de l’ensemble des professionnels de l’établissement en matière d’hygiène hospitalière et de lutte contre les infections nosocomiales ;
- L’évaluation des actions ;
- De préparer avec l’équipe opérationnelle d’hygiène hospitalière le programme d’action de lutte contre les infections nosocomiales ;
- D’élaborer le rapport d’activité de lutte contre les infections nosocomiales.

Le comité de liaison alimentation nutrition (CLAN)

Sa composition

En fonction de la taille de l’établissement, le CLAN peut être composé du :

- Du directeur de l’établissement ou son représentant ;
- Dix représentants, au plus, désignés par le CME, dont neuf médecins et pharmaciens ;
- Du directeur du service de soins infirmiers ou son représentant ;
- Du responsable de l’activité nutrition clinique ou son représentant, lorsqu’elle existe ;
- Du responsable de l’activité diététique ou son représentant ;
- Du responsable de la qualité ou son représentant ;
- Du responsable de la formation ou son représentant ;
- Du responsable de la restauration et de l’hôtellerie ou son représentant ;
- Du président du CLIN ou son représentant ;
- D’un représentant des usagers ;
- D’un(e) infirmier(e) et un(e) aide-soignant(e) désigné(e)s en son sein par la commission du service de soins infirmiers.

Ses attributions

Le CLAN travaille en lien avec la CME. Il participe :

- Au bilan de l’existant en matière de structures, moyens en matériels et en personnels, et à l’évaluation des pratiques professionnelles dans le domaines de l’alimentation et de la nutrition ;
- A la définition des actions prioritaires à mener tant dans le domaine de la nutrition que dans celui de la fonction de restauration ;
- A la préparation du programme annuel d’actions en matière d’alimentation et de nutrition. Il s’assure de la coordination et de la cohérence des actions menées au sein de l’établissement ;
- A la définition de la formation continue spécifique à ces actions dans le plan de formation ;
- A l’évaluation des actions entreprises et fournit un appui méthodologique aux différents professionnels concernés.

Le comité de lutte contre la douleur (CLUD)

 Sa composition

Le CLUD, auquel est associée la direction de l’établissement, est représentatif de l’ensemble du personnel soignant (infirmier et différentes spécialités).
Il est co-présidé par un personnel médical et personnel paramédical.


Ses attributions

Il constitue une force d’analyse, de proposition, de validation, de coordination et de communication.

Il a pour mission d’aider à la définition d’une politique de soins cohérente en matière de prise en charge de la douleur, ainsi qu’à la promotion et à la mise en œuvre d’actions dans ce domaine.

Il a également pour rôle de :

- Proposer, à partir du bilan de l’existant, des objectifs en termes d’amélioration ;
- Proposer, organiser, coordonner, évaluer les actions ;
- Promouvoir les actions de formation continue des personnels et de donner son avis sur les projets d’acquisition de dispositifs médicaux et matériels nécessaires au traitement de la douleur ;
- Assurer la liaison avec la prise en charge des soins palliatifs et les autres problématiques transversales de soins ;
- Etablir un bilan annuel des actions engagée ;
- Informer des résultats des actions entreprises dans ce domaine.

La Commission d'Organisation de la Permanence des Soins (COPS)

La Commission d'Organisation de la Permanence des Soins (COPS) :

• définit l'organisation et le fonctionnement de la permanence des soins par secteur d'activité ;
• donne son avis sur l'élaboration des tableaux mensuels nominatifs de participation à la permanence des soins.

La sous-commission chargée du Médicament (SCOMED)

Elle a pour mission de contribuer par ses avis et ses propositions à l’élaboration et à la définition de la politique d’amélioration continue de la qualité et de la sécurité des soins.

Elle définit la politique du médicament et des dispositifs médicaux stériles et contribue à la mise en œuvre de la règlementation en ce domaine.

Elle élabore, en particulier :

• la liste des médicaments et dispositifs médicaux stériles dont l’utilisation est recommandée dans l’établissement, en prenant en considération le rapport bénéfice-risque,
• des recommandations en matière de prescription et de bon usage des médicaments et dispositifs médicaux stériles,
• des recommandations en matière de prévention de la iatrogénie des produits pharmaceutiques, en étroite collaboration avec la cellule qualité et gestion des risques (CQGRD)