Les deux infirmières assurent une fonction générale de surveillance de la santé physique et psychique des enfants et jeunes accueillis, elles ont un rôle d’écoute et offrent un accueil personnalisé et individualisé.

Dès l’admission, un dossier est ouvert pour chaque usager et actualisé au cours de la prise en charge en fonction de son évolution et de son projet d’accompagnement. 

Chaque rentrée scolaire (ou en cas d’admission en cours d’année) les infirmières organisent une visite médicale avec le médecin somaticien de l’établissement afin d’évaluer et surveiller l’état de santé de chaque usager. Elles en informent les familles et expliquent les démarches à effectuer auprès de leur médecin traitant ou les examens à réaliser.

Les infirmières  participent  aux différentes réunions  qui permettent une cohérence dans l’intervention de chacun dans le projet de l’enfant ou du jeune et de partager les informations. Elles participent également aux visites de pré admission des usagers.

Les infirmières réalisent  des actions de prévention en matière d’hygiène et santé, en individuel ou en groupe.

Les infirmières contribuent à la bonne mise en œuvre des traitements et des soins. Elles ont  connaissance des suivis extérieurs à l’ITEP. Elles font le lien avec les équipes de pédopsychiatrie qui suivent l’enfant ou le jeune et les interpellent en cas de nécessité. Il est important de favoriser la poursuite des prises en charge pour les jeunes bénéficiants d’un suivi extérieur (CMP, CMPP, Hôpital de jour, orthophonie, psychomotricité…)

 Elles répondent aux situations d’urgence et se chargent  de prévenir les responsables de l’enfant de la mise en place de suivis ou d’examens à effectuer ainsi que de leur accord avant les soins : aucun traitement ne pourra être envisagé sans l'accord des parents. Les parents seront toujours informés et associés aux décisions envisagées

La psychomotricité s'intéresse au développement global de la personne, aux comportements moteurs en lien avec la vie psychique, affective et relationnelle de l'enfant. Elle veille à favoriser un équilibre corporel et psychique à partir d'expériences sensorimotrices, émotionnelles, affectives et cognitives...

Le métier de psychomotricien est une profession paramédicale. Le psychomotricien ne peut intervenir que sur prescription médicale.

La prise en charge débute par un bilan psychomoteur réalisé sur une ou plusieurs séances. Il permet d'observer le comportement de l'enfant et d'évaluer son développement psychomoteur global par l'intermédiaire de différentes épreuves. Celles-ci concernent essentiellement l'équilibre, les coordinations, la latéralisation, le graphisme, le tonus, le schéma corporel, la structuration spatiale et le repérage temporel. La psychomotricité s'intéresse aussi, lors du bilan, à la façon dont l'enfant exprime ses émotions, s'affirme, entre en relation...
A partir du bilan réalisé, en cas de nécessité de suivi, des objectifs thérapeutiques sont définis et régulièrement ré-évalués selon l'évolution de l'enfant.

Les supports utilisés sont variés: jeux moteurs et symboliques, activités à médiation artistiques, jeux d'expression corporelle, activités graphiques, relaxation, activités de contenance, jeux de construction, certains jeux de société...

Dans le cadre de l'ITEP, la psychomotricité s'adresse:

  • aux enfants qui expriment de l'anxiété, qui peuvent avoir un comportement agressif, être trop timide, inhibé ou hyperactif, ou encore lorsqu'il existe des difficultés d'attention, de relation ou d'expression des émotions...
  • aux enfants en difficulté sur le plan scolaire lorsqu'il manque certains pré-requis (ex: repérage spatio-temporel, graphisme...)
  • aux enfants malhabiles notamment pour dessiner, écrire, se mobiliser dans l'espace...

Entre autres professionnels, le Dispositif ITEP compte dans son effectif deux psychologues qui peuvent recevoir les enfants sous la modalité d’entretiens individuels.

Cet espace, où prime le secret professionnel, constitue un lieu d’écoute et d’élaboration où les enfants peuvent aborder, à travers les jeux, les dessins et la parole, les diverses difficultés qu’il rencontrent.

Quand ces rencontres se font sur la durée et de façon périodique, elles offrent à l’enfant la possibilité d’inventer des solutions toujours singulières. 

 

Le travail avec les enfants est indissociable d’un travail avec la famille. En ce sens, les psychologues peuvent contacter les parents afin de faire un point avec eux concernant le suivi de leur enfant. Les parents peuvent également, à tout moment, leur demander un rendez-vous s’ils ont des questions.

 

Les psychologues peuvent être amenés à évaluer les enfants dans le but de fournir les pièces nécessaires à la constitution de leur dossier M.D.P.H.

 

Les psychologues participent aux différentes réunions concernant les enfants : visites de pré-admission, réunions d’équipe, synthèses, Equipe de Suivi de Scolarisation (ESS), Présentation des Projets Personnalisés d'Accompagnement (P.P.A.), concertations, etc. Les psychologues y apportent leur éclairage spécifique  et  travaillent sur la cohérence du projet de l’enfant avec l’équipe pluridisciplinaire.

Un médecin généraliste intervient une journée par semaine, actuellement le lundi dans une approche pluridisciplinaire avec les équipes soignantes et éducatives.

Dans un premiers temps il reçoit les enfants accompagnés de leurs parents et référents sociaux lors de la visite de préadmission et fait un recueil de leurs parcours de vie, des antécédents médicaux, de l’état de santé actuel, des éventuels traitements antérieurs et en cours.

Après l’admission, une visite médicale est effectuée prenant en compte l’examen physique, les mensurations et l’acuité visuelle, ainsi que le contrôle du carnet de vaccination et des examens complémentaires nécessaires à certains traitements. Des demandes d’informations complémentaires vers les familles et référents peuvent être faites, avec le concours éventuel de leur médecin traitant.

Lors du séjour à l’ITEP, le médecin coordonne les rendez-vous vers d’autres professionnels de santé si nécessaire.
En cas de maladie nécessitant son intervention ou de demande d’un enfant, il le reçoit et organise les soins, qui, en son absence, sont pris en charge par les autres médecins généralistes de l’EPSM.